Archives de catégorie : Projet

La Roussille (Vertaizon)

Sépultures multiple et double du Ve millénaire accueillant des femmes (à gauche ; © I. Thomson, INRAP), sépulture collective en coffre du IIIe millénaire (à droite ; © I. Thomson, INRAP et © S. Quattrocchi, Balloïde Photo ; mise en page S. Saintot, INRAP)

À La Roussille (Vertaizon, Puy-de-Dôme) un habitat et une nécropole datés du Ve millénaire constituent l’occupation majeure du site. Fouillé en 2013 par l’INRAP, l’ensemble funéraire regroupe 36 tombes à inhumations simples ou multiples. Parmi les 48 individus disposés dans des coffres en bois en position contractée, le mobilier est rare et exclusivement associé aux femmes. Deux défuntes portent des colliers de perles et trois autres sont accompagnées respectivement de deux poinçons en os, un polissoir et une coupe en céramique. Cet ensemble funéraire assez bien conservé fait écho à Pontcharaud 2 (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme) dans les modes d’inhumation et la chronologie (ca. 4700-4000 av notre ère ; Saintot, Thomson et al. 2016). Le projet WomenSOFar s’intéresse à ce site notamment en raison d’une surreprésentation notable de jeunes adultes féminins dans les tombes et de la possible sélection des défunts, ainsi que du contexte sanitaire particulier (identification de cas de tuberculose) (ibid.)

Au centre de l’emprise de La Roussille, une sépulture collective du Néolithique final, datée par radiocarbone du milieu du IIIe millénaire (ca. 2700-2400 av. n. è.), rassemble une quinzaine d’individus successivement déposés en position contractée dans un coffre composé de blocs de pierre et probablement de planches (Saintot 2014). Le recours aux analyses ADN menées dans le cadre du projet PALEoRIDER rendra compte, entre autres résultats, du recrutement de cette sépulture qui semble avoir été utilisée par une même communauté, les défuntes jeunes ou adultes étant sans doute représentées.

WomenSOFar visera à procéder aux mêmes analyses que sur les autres sites d’Auvergne, qui sont parmi les mieux conservés au sein du corpus général du projet, et qui permettront, notamment, une confrontation des plus abouties entre les données tomographiques, ostéobiographiques et biogéochimiques.

Responsables dans le cadre du projet ANR : Sylvie SAINTOT (Archéologue chargée d’opération et de recherche, INRAP) et Ivy THOMSON (Bioanthropologue ; INRAP).

Pour en savoir plus :

Sylvie Saintot. Vertaizon, La Roussille, site néolithique, Bilan d’activité 2013, Journée régionale de l’archéologie 2014, DRAC, SRA Auvergne, p. 88-90 (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03695707)

Sylvie Saintot, Ivy Thomson, Sandrine Bonnardin, Manon Cabanis, Pierre Caillat, et al. 2016. La nécropole de La Roussille à Vertaizon dans le Puy-de-Dôme. Première présentation d’un site du Néolithique moyen I en Auvergne. De la tombe au territoire” & Actualité de la recherche, Sep 2014, Porticcio, France. pp. 407-421 (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02494029)

Coste Rouge (Beaufort)

Sépulture de l’enfant de Coste Rouge (photo © J. Vaquer, CNRS ; DAO M. Gandelin, INRAP).

Coste Rouge à Beaufort (Hérault) est une tombe à dalles de la fin du Néolithique moyen (3634-3384 av. notre ère) contenant les restes d’un enfant dont l’âge est estimé entre 5 et 8 ans. Ce sujet était inhumé dans un grand coffre mégalithique, ce qui est inhabituel pour cette classe d’âge. Il était aussi accompagné d’un mobilier exceptionnel : parure en dentales, pendentif en os, lamelles de silex, armatures de flèche, poinçons et, fait exceptionnel, un lot de petits restes osseux, provenant de phalanges et d’os long d’animaux domestiques et sauvages, que l’on peut proposer d’interpréter comme un bestiaire d’accompagnement (Vaquer et al. 2007). Une première étude biochimique a été réalisée entre 2004 et 2007 dans le cadre d’un Projet collectif de recherche (PCR) « Espaces et expressions funéraires dans le monde pyrénéen et ses marges » dirigé par J. Vaquer et de travaux de thèse. Le caractère ostentatoire de cette tombe et du soin apporté au défunt fait écho aux résultats isotopiques qui montrent que cet enfant a consommé une grande quantité de protéines animales, peut-être en lien avec un statut social spécifique et/ou une économie principalement fondée sur le pastoralisme, comme suggéré pour d’autres groupes du Néolithique moyen plus en amont dans la région garonnaise (Goude et al. 2013).

La reprise des études sur cet enfant dans le cadre du projet WomenSOFar constituera une des bases de données pour aborder les questions d’allaitement, de sevrage, de soins apportés aux enfants et « d’âges sociaux » dans un contexte qui semble socialement très différent de ce que l’on peut observer sur les autres sites de la région. Il apportera également des informations complémentaires à celles issue du PCR « Milieu et peuplement en Languedoc occidental du Néolithique à l’âge du Bronze » dirigé par M. Gandelin dans le cadre duquel une analyse paléogénétique de cet individu a été réalisée, en collaboration avec l’ANR Ancestra (M. Pruvost dir.).

Responsables dans le cadre du projet ANR : Muriel GANDELIN (Archéologue, INRAP)

Pour en savoir plus : une interview de Muriel est disponible sur le site web de l’INRAP (https://www.inrap.fr/le-neolithique-en-partage-entretien-avec-muriel-gandelin-15705).

Le Bras-Goude G., Herrscher E., Vaquer J., 2013, Funeral practices and foodstuff behavior: what does eat meat mean? Stable isotope analysis of Middle Neolithic populations in Languedoc region (France). Journal of Anthropological Archaeology, 32: 280-287.

Vaquer J, Duday H, Gandelin M, Tresset A, and Hérouin S. 2007. La tombe de Coste Rouge, Beaufort (Hérault) et la question des tombes à dalles néolithiques dans le nord-est des Pyrénées. Gallia Préhistoire 49:127-159.

Le Crès (Béziers) et Le Pirou (Valros)

Sépultures féminines chasséennes du Crès (à gauche, © G. Loison, INRAP) et du Pirou (à droite, © R. Haurillon, INRAP).

Le site du Crès à Béziers (Hérault, France), fouillés en 2001 et 2002 par G. Loison est constitué à la fois d’un habitat et d’un ensemble sépulcral du Chasséen ancien (4300-4100 av. notre ère). Les fouilles ont montré la présence, sur un même espace, de fosses domestiques et de structures à vocation funéraire. Plus de 50 sujets, hommes, femmes et enfants, ont été inhumés sur ce site. Les inhumations sont de deux types : soit les individus sont déposés dans des tombes simples ou doubles, parfois accompagnés de mobilier, soit ils sont inhumés dans des structures domestiques réemployées ou ils peuvent être regroupés à plusieurs, notamment lorsqu’il s’agit d’enfants. Des premières études biochimiques ont été menées en 2004 dans le cadre d’un Projet collectif de recherche (PCR) « Espaces et expressions funéraires dans le monde pyrénéen et ses marges » dirigé par J. Vaquer et de travaux de thèse et post-thèse (Goude et al. 2009 ; 2012 ; 2013 ; 2016). Ces premières analyses ont mis en évidence une variabilité dans la consommation des protéines animales par ce groupe humain et une contribution possiblement significative de légumineuses (cf. également Gavériaux et al. 2022). Ces résultats peuvent témoigner d’un accès aux ressources différents pour les hommes et les femmes. La présence d’une grande quantité d’immatures (45% du corpus), d’un contraste entre inhumations en fosse domestique et sépultures plus élaborées ainsi que la présence d’éléments de mobilier funéraire potentiellement genrés (meule dans les sépultures féminines) constituent une base de réflexion pour le projet WomenSOFar.

Le site du Pirou à Valros (Hérault, France), situé à une quinzaine de km du Crès, est également un site d’habitat du Néolithique moyen Chasséen (4300-4100 av. notre ère), comprenant sept fosses ayant été réutilisées pour des inhumations individuelles. La particularité de ce petit groupe est que les sujets sont uniquement de sexe féminin. Des premières études bioanthropologiques et biochimiques (Gleize et al. 2019) ont montré une hétérogénéité morphologique entre ces femmes mais également une distinction dans la consommation des protéines animales, suggérant la présence de deux groupes distincts et questionnant la sélection de ces inhumées, leur l’origine géographique et leur statut social. Ainsi, tout comme pour Le Crès, le site du Pirou présente un contexte exceptionnel pour aborder la place des femmes au sein des premières sociétés agricoles.

Le projet ANR s’attachera à améliorer les premières études biogéochimiques menées sur ces sites et à voir si des « trajectoires » de vie caractérisent les individus féminins qui semblent avoir un statut spécifique au sein de ces groupes chasséens. Cette approche complétera également des études plus larges menées dans le cadre du PCR « Milieu et peuplement en Languedoc occidental du Néolithique à l’âge du Bronze » dirigé par M. Gandelin ainsi que les études paléogénétiques réalisées dans le cadre de l’ANR Ancestra (M. Pruvost dir. ; Brunel et al. 2020).

Responsables dans le cadre du projet ANR : Muriel GANDELIN (Archéologue, INRAP), Yves GLEIZE (Bioanthropologue, INRAP).

Pour en savoir plus : une interview de Muriel est disponible sur le site web de l’INRAP (https://www.inrap.fr/le-neolithique-en-partage-entretien-avec-muriel-gandelin-15705).

Brunel et al. 2020. Ancient genomes from present-day France unveil 7,000 years of its demographic history. PNAS, https://doi.org/10.1073/pnas.1918034117.

Gavériaux F., Bouby L., Marinval P., Figueiral I., Binder D., Courtin J., Gernigon K., Léa V., Hasler A., Vignaud A., Goude G. 2022. L’alimentation des premières sociétés agropastorales du Sud de la France : premières données isotopiques sur des graines et fruits carbonisés néolithiques et essais de modélisation. Compte Rendu Palévol, 21 (17). https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03512556.

Gleize Y, Goude G., Gandelin M., Herrscher E. 2019. Les inhumations chasséennes du Pirou et de Vigne de Bioaux (Valros, Hérault) : un recrutement spécifique en contexte d’habitat ? BMSAP, 31: 113-128.

G. Goude, Fontugne M., 2016. Carbon and nitrogen isotopic variability in bone collagen during the Neolithic period: Influence of environmental factors and diet. Journal of Archaeological Science, 70: 117-131. doi:10.1016/j.jas.2016.04.019.

G. Goude, F. Castroni, E. Herrscher, S. Cabut, MA. Tafuri, 2012, First Strontium isotopic evidence of mobility in the Neolithic of Southern France. European Journal of Archaeology, 15: 421-439.

Le Bras-Goude G., Herrscher E., Vaquer J., 2013, Funeral practices and foodstuff behavior: what does eat meat mean? Stable isotope analysis of Middle Neolithic populations in Languedoc region (France). Journal of Anthropological Archaeology, 32: 280-287.

Le Bras-Goude G., Schmitt A., Loison G., 2009, Comportements alimentaires, aspects biologiques et sociaux au Néolithique : le cas du Crès (Hérault, France), Comptes Rendus Palévol, 8 : 79-91.

Bois-Rochefort (Cormeilles-en-Parisis)

Étapes de dégagement d’une des sépultures des Bois Rochefort (Cormeilles-en-Parisis, Val-d’Oise, France) © Inrap

Le site « Les Bois Rochefort » situé sur la commune de Cormeilles-en-Parisis (Val d’Oise, France) a connu plusieurs étapes de fouilles et de découvertes depuis 2004. L’une de ces découvertes intéresse le projet WomenSOFar et concerne un ensemble funéraire de sept tombes d’individus adultes datés du Néolithique moyen (première moitié du Veme mill. BCE).

Ce petit ensemble funéraire est inédit pour le nord de l’Île-de-France et vient abonder une documentation encore très lacunaire. Les tombes ont livré un riche mobilier et l’analyse paléopathologique des ossements a permis la mise en évidence d’un calcul vésiculaire (Pariat, Blaser 2022 ; Pariat 2018 ; Pariat et al. 2016). Une monographie est en préparation pour ce site.

Ce corpus est le seul étudié pour la zone la plus septentrionale du projet. Le projet apportera, entre autres, de nouvelles données sur l’alimentation et la mobilité de ces individus et complétera des études plus larges en cours dans le cadre d’une recherche collective intitulée « Territoire et terroirs du Néolithique dans le Val-d’Oise et ses marges » dirigé par J.-G. Pariat (Pariat 2020) et centrée sur le département du Val-d’Oise.

Responsables dans le cadre du projet ANR : Jean-Gabriel PARIAT (Bioanthropologue ; SDAVO) et Romana BLASER (Archéologue ; INRAP).

Pour en savoir plus : une présentation de Romana et Jean-Gabriel est disponible en vidéo; une documentation sur les découvertes archéologiques (2004-2017) de ce site est disponible en ligne.

PARIAT (J.-G.), BLASER (R.), 2022 – Des tombes du Néolithique moyen à Cormeilles-en-Parisis. In : LANDES (C.) dir., TRIBOULOT (B.) dir., Mémoires morcelées, 150 ans d’archéologie en Île-de-France, p. 102-103.

PARIAT (J.-G.), 2020 – Territoire et terroirs du Néolithique dans le Val-d’Oise. Rapport de projet collectif de recherche, année 2020. Conseil Départemental du Val d’Oise, Service départemental d’archéologie, SRA Ile-de-France.

PARIAT (J.-G.), 2018 – Des conditions de vie dégradées avec la néolithisation. In : « Tomber sur un os. Quand les archéologues font parler les morts », catalogue d’exposition Archéa, Silvana, Milan, p. 117.

BLASER (R.), PARIAT (J.-G.), POLLONI (A.), MAINGAUD (A.), GUERET (C.), Le MAUX (N.), RAYMOND (P.), IRRIBARRIA (R.), 2016 – Morts et vivants au Néolithique moyen : données récentes sur le plateau de Cormeilles-en-Parisis (Val-d’Oise) « Zac de Bois de Rocherfort ». Internéo 11, Journée d’information du 26 novembre 2016, Association pour les Etudes interrégionales sur le Néolithique, pp. 59-70.